La formation et l'apprentissage au Québec

Métiers, occupations et perspectives d'emploi

Il existe au Québec quelque 25 métiers et une trentaine d'occupations.

buldozerVous trouverez, dans ce lien de métiers, occupations et perspectives d'emploi, la description sommaire des 25 métiers de la construction et celle de 6 occupations spécialisées (arpenteur/arpenteuse, boutefeu-foreur/boutefeu-foreuse, monteur/monteuse de lignes, scaphandrier/scaphandrière, soudeur/soudeuse et soudeur/soudeuse en tuyauterie (haute pression)), présentée sous forme de fiches. Chaque fiche décrit les tâches d'un métier ou d'une occupation, ses programmes de formation, de même que les habiletés et intérêts requis par la personne qui souhaite l'exercer. Les perspectives d’emploi et le régime d'apprentissage de chacun de ces métiers et occupations figurent aussi sur les fiches. Pour terminer, des tableaux indiquent le nombre de travailleurs exerçant le métier ou l'occupation visé, les salaires offerts, le nombre d’apprentis qui accèdent à l’industrie, l’âge moyen de la main-d’œuvre et le nombre d’employeurs embauchant des travailleurs du métier ou de l'occupation visé.


Certificat de compétence

L 'industrie de la construction au Québec s'est donné des critères d'embauche de la main-d'œuvre auxquels les entreprises de construction doivent se conformer.

La Commission de la construction du Québec (CCQ)

Le principe fondamental demeure la compétence acquise par la formation et/ou l'expérience de travail.

Pour travailler dans l'industrie de la construction assujettie à la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction (Loi R-20)), il faut donc détenir un certificat de compétence. Il en existe trois catégories :


  1. Certificat de compétence compagnon (CCC), soit pour une personne ayant démontré ses qualifications dans l'un ou l'autre des 26 métiers.

  2. Certificat de compétence apprenti (CCA), soit pour une personne faisant l'acquisition d'un métier qui, selon le cas, comporte de une à cinq périodes d'apprentissage d'une durée de 2 000 heures chacune.

  3. Certificat de compétence occupation (CCO), soit pour une personne exerçant une activité de construction sur les chantiers à titre de manœuvre ou de manœuvre spécialisé.

Si l'industrie de la construction privilégie l'accès aux diplômés, , il peut survenir des périodes de pénurie de main-d'œuvre, où la Commission de la construction du Québec (CCQ) doit permettre l'accès à des non-diplômés. Des conditions spécifiques doivent alors être respectées.

Pour favoriser l'accès des femmes et des Autochtones à l'industrie de la construction et augmenter leur nombre sur les chantiers de construction, des mesures particulières ont été mises en place.

Source: La Commission de la construction du Québec (CCQ)